Jeu de cubes et collages

Au départ ce n’était un petit projet simple, mais j’ai eu tellement peu de temps pour moi ces dernières semaines (ou plutôt derniers mois!) qu’il a eu le temps de considérablement mûrir pendant qu’il n’avançait pas.

jeu de cubes 1

Mon idée était de créer un jeu de cubes personnalisé pour mon fiston. Je voulais des images enfantines, simples et colorées, un peu rétro, cohérentes entre elles, mais qui ne prendraient pas trop de temps à réaliser, puisque je savais déjà que j’en aurais peu. Cela faisait également un petit moment que j’avais l’envie de faire quelque chose en collage, en utilisant de vieilles partitions de piano (fin XIXème, début XXème) qui appartenaient à ma belle-mère et qui étaient restées dans un galetas chez nous. Je n’avais pas d’idée précise encore sur les sujets, mais le thème des chats, qui va bien avec les partitions de musique (et pourquoi pas d’abord?) m’inspirait.

J’ai finalement retrouvé en faisant de l’ordre dans mes affaires, un livre, que j’ai reçu quand j’étais enfant, contenant des gravures du XIXème, libres de droit, pour des collages. Avec ces deux éléments, plus quelques pages de vieux livres et des mots d’une autre époque écrits à la main, j’ai imaginé 6 petites scénettes avec deux chats, l’un gris et l’autre beige – un clin d’œil à nos deux chattes.

Les contours des chats ont été réalisés au pinceau, à l’encre de Chine. Ils ont ensuite été scannés. Les partitions, les gravures et les pages de livres ont été photographiés (pour garder un maximum de relief et de détails). Et le tout à été assemblé et traité sur Photoshop.

chien rencontre papillons montres luneinsecte

J’ai ensuite mis à contribution mon beau-père, qui aime travailler le bois, qui m’a confectionné 6 cubes de 7.5 cm de côté. Pour que ça ne revienne pas trop cher, il m’a coupé les cubes dans une traverse de charpente qui n’était pas tout à fait droite. De ce fait les cubes ne sont pas vraiment réguliers et les images ne s’ajustent pas parfaitement sur les faces. Il y a parfois un jeu de 3-4 mm. Mais pour un jouet qui risque bien d’être rapidement massacré, ça n’a pas beaucoup d’importance :). Je referais peut-être une deuxième version avec des cubes plus réguliers, après tout il suffit juste de réimprimer les images.

Les 6 images ont été imprimées sur une imprimante laser, puis collées au pinceau sur les cubes à l’aide d’un vernis-colle.

blog1

Et voici le résultat!
J’en suis assez contente, le jouet est rétro, léger et ludique. Tout ce que je peux espérer de mieux maintenant, c’est qu’il fasse partie des jouets préférés de mon petit bout 🙂 !

cubes2 cubes1

blog5 blog6

avatar Écrit par :

13 Comments

  1. avatar
    Pierre Vanhulst
    juillet 2
    Reply

    Bravo, super boulot ! C’est frustrant de se dire que tous ces cubes finiront sans doute en bouillie baveuse d’ici queques jours, mais bon…
    Ils tiennent toujours, là ?

    Je ne sais pas trop de quoi sont faits les jouets pour enfants aujourd’hui, mais il me semble que le style graphique standard part plutôt vers de la simplification à outrance et des formes « rigolotes ». Ce genre de dessins un peu plus riches, « vintages », a vraiment sa place dans une ludothèque pour enfant.

    • avatar
      Netcheret
      juillet 2
      Reply

      Merci beaucoup!! Ça me fait bien plaisir ce que tu me dis.

      Pour le moment ils tiennent 🙂 ! Mais il faut dire aussi que je l’empêche de les mettre à la bouche à cause du vernis, Du coup l’intérêt est ‘achement moyen pour le moment. J’espère que ce le sera un peu plus quand il arrivera à recomposer les images, ce qui n’est pas encore le cas.
      Quoi qu’il en soit, s’ils sont abîmés, pour les refaire il suffit que je réimprime les images et les recolle. Ceci dit me donnerait l’occasion de me procurer des cubes plus réguliers, ce ne serait pas plus mal!

      Effectivement, le style graphique maintenant est très schématique et les couleurs très flashy. Mais on trouve des choses plus poétiques et artistiques dans des magasins comme La Bulle ou Interludes. Je ne sais pas encore si mes images plaisent ou non aux enfants. Tristan sourit quand je lui les montre, mais peut-être que c’est juste pour me faire plaisir? Il faudra voir avec le temps.

      En tout cas j’ai adoré créer ce jouet et le fait qu’il soit facile à refaire me donnerai presque envie de me lancer une petite boutique de jouets (ou autres choses) manufacturés. Si à la fin de ce mandat avec l’uni je ressort dégoûtée du monde académique (ahem…), je me mettrait peut-être à mon compte 🙂 !

  2. avatar
    juillet 2
    Reply

    C’est très sympa, et les jouets vintage sont à la mode ^^; J’ai juste une petite question rapport à la colle, tu as utilisé une de ces colles spéciales pour les travaux avec des serviettes en papier ? Tu as trouvé un truc pas trop toxique / plutôt vert ?

    • avatar
      Netcheret
      juillet 2
      Reply

      Merci :)!

      Oui, c’est une de ces colles spéciales comme pour les serviettes, mais en un peu plus forte. Ça s’appelle Décopatch et je l’ai trouvée à l’Outil Apprivoisé. Elle est censée coller toutes sortes de papier et tissus sur tous les supports. J’ai pas tout testé, mais le papier normal pour imprimante et le papier cadeau (même plastifié) sur du bois ça fonctionne très très bien. A Créativa j’ai vu une dame en démonstration qui collait des bouts de tissus sur des abats-jours et du papier sur du verre en disant que ça tenait au lave-vaisselle. Et elle laisse un film transparent, brillant et résistant à l’eau. Par contre ça n’a pas l’air spécialement écolo. Il n’y a pas grand chose comme indications sur le contenu, mais elle indique « sans danger pour les enfants », mais… J’ai pas vraiment cherché autre chose à vrai dire, c’est la seule colle du genre que j’ai trouvée à Fribourg.

      • avatar
        juillet 3
        Reply

        Ok. Je demande, parce que je vais continuer la déco Lego du duo, et je voudrais personnaliser leurs meubles + éventuellement caisses. Sauf que de temps à autre, Emi a un grain de folie et va lécher une bibliothèque… ¬_¬ donc je me méfie un peu. Mais je note, merci.

        • avatar
          Netcheret
          juillet 3
          Reply

          Ahahah! Bho, ça me paraît assez sain comme folie :-D! Alors si ce n’est pas des léchouilles prolongées, je pense que tu peux y aller sans autres 😉 .

  3. avatar
    Pierre Vanhulst
    juillet 3
    Reply

    Je viens de penser à un truc. Là, j’apprends les bases de Blender pour créer des modèles 3D. Or, des cubes, c’est plutôt super simple à réaliser.

    Il s’avère que ces modèles 3D peuvent servir de base pour faire de l’impression 3D. Ca vous botterait, de tenter de mettre la main sur une imprimante 3D et d’imprimer directement les cubes ? Je ne sais pas du tout si les matières utilisées sont toxiques ou non, ceci dit. Et un cube imprimé en 3D sera probablement moins vintage et moins « sympa » qu’un cube en bois.

    • avatar
      Netcheret
      juillet 3
      Reply

      Hé mais c’est trop génial comme idée ça!! Okay, le matériau serait moins noble, c’est vrai, mais en même temps si ça permet de faire un truc ajusté pile poil ça fait déjà nettement plus pro. Et ça ouvre un champ incroyable de possibles cette histoire…!!!

      Comment ça marche au fait concrètement? Tu développes ton objet sur un programme comme Blender et puis tu te rends avec une clé USB le faire imprimer dans un genre de point d’impression?

      • avatar
        Pierre Vanhulst
        juillet 3
        Reply

        En fait, je ne sais pas trop. Il y a grosso modo deux possibilités:
        – Soit tu achètes une imprimante 3D et tu imprimes toi-même tes modèles. J’ai entendu dire que les imprimantes 3D commençaient à devenir abordables, même si j’imagine qu’il y a de grosses différences qualitatives entre les entrée-de-gammes et les modèles pour les pros. Ca implique aussi des frais d’entretien.
        – Soit tu fais imprimer tes modèles 3D. Ca coûte plus cher à long terme et ça demande plus de temps, en revanche tu bénéficies d’une qualité probablement supérieure. Il y a manifestement déjà un centre d’impression 3D en Suisse (http://www.3dcenter.ch/index.asp), voire peut-être encore d’autres. Sinon, Photoshop a récemment ouvert ses portes à Sculpteo, une start-up française (http://www.clubic.com/technologies-d-avenir/impression-3d/actualite-713487-impression-3d-sculpteo-integre-photoshop.html)
        Paraît que Photoshop peut ouvrir les modèles 3D, et j’imagine que c’est du coup super facile de les texturer (c’est un peu comme si tu faisais de la peinture sur une figurine). Chez moi, l’ouverture d’un fichier .dae plante, cependant. Pas de chance pour le moment.

    • avatar
      Drinij
      juillet 3
      Reply

      l’avantage aussi d’imprimer chez un professionnel c’est qu’il propose probablement diverses sortes de plastiques et métaux et qu’il est probablement plus à jour avec ces imprimantes qu’un particulier, surtout que l’impression 3D évolue très vites depuis 2-3 ans.

      Pour la commande, souvent il te suffit d’envoyé par e-mail le fichier de ton objets et ils l’impriment et te l’envoie par la poste.

      • avatar
        Pierre Vanhulst
        juillet 4
        Reply

        Bon ben, reste plus qu’à se faire ces modèles 3D, alors.
        On essaie de prendre des « cours » de Blender ? Ca sera sûrement moins pénible en groupe qu’en solo…

        • avatar
          Netcheret
          juillet 4
          Reply

          Moi je suis partante!!! Mais tu vois ça comment au fait?

Répondre à marmidotte Annuler la réponse.