faire-part de naissance, le making œuf

En cas de naissance, brisez la coquille ! N’est-ce pas une jolie manière d’annoncer un heureux événement que de glisser l’annonce dans un œuf ? Symbolique autant que poétique non ? Chaque faire-part donne ainsi lieu à une mini-naissance… C’est en tout cas la formule que j’ai choisie pour l’arrivée de mon second fils. Et je vous en livre les coulisses de ce faire-part original dans cette note.

C’est devenu un réflexe maintenant, chaque fois que je commence un nouveau projet, je vais d’abord sur Pinterest pour m’inspirer. Je ne saurais plus dire comment je suis tombée sur l’épingle du message dans un œuf, mais je sais que, dès que je l’ai vue, je me suis directement fixée là-dessus. Tout le reste – la boîte, le nid – a été brodé autour de cette première idée. L’aspect de la boîte s’est déterminé surtout en fonction de ce que j’ai trouvé en magasins (j’ai par exemple décidé de mettre les oiseaux et les boutons en les voyant dans la boutique, tandis que le choix limité du papier cartonné à conditionné le choix des couleurs).

Je n’ai malheureusement pas pris de photo de la toute première étape du processus, qui consistait à vider les œufs, mais il suffit simplement de faire un trou de chaque côté avec une épingle et de souffler ensuite dedans pour faire sortir son contenu (et si vous êtes assez habile, vous pourrez même séparer le blanc du jaune). Remplissez-les ensuite d’eau tiède pour les nettoyer et videz-les de la même manière, en soufflant. Pour ma part, j’ai pu bénéficier de l’aide précieuse de mon beau-père qui possède une fraise Dremel. Grâce à ça, vu la quantité d’œufs que nous avons vidés (20 pour être exact), nous avons pu limiter la casser et obtenir des beaux trous bien réguliers, au diamètre optimal pour passer le message (calculé après plusieurs essais), sans s’embêter. Mais la partie du « soufflage » à s’en donner le tournis restera sans doute longtemps dans les mémoires :).

Les étapes suivantes sont détaillées dans les images ci-dessous:

blog-web

Vous trouverez ci-dessous le modèle de la boîte que j’ai crée aux dimentions optimales pour un œuf de poule suisse:

modele

Point œufs
œufs achetés: 24 / œufs vidés: 20 / œufs peints: 16 / œufs-messagers: 15

Pour ce qui est du matériel, vous trouverez le papier cartonné chez Office World (mais la Migros propose pratiquement les mêmes produits pour moins cher). Le tampon et l’encreur craie, le ruban en dentelle, les étiquettes en papier, les oiseaux en papier, les boutons en bois et la fibre de bois proviennent de mon dealer habituel, l’Outil Apprivoisé. La ficelle vient de Migros do it. Quant au papier bible, il provient d’un très vieux stock de collection de papiers bizarres de ma mère. J’ai cherché en vain du simple papier blanc fin dans plusieurs magasins, mais aucun de proposait de papier de moins de 80 g (papier standard pour imprimante), même chez les spécialistes comme Duplirex.

 

 

avatar Écrit par :

3 Comments

  1. […] dessous de la confection de mes œufs messagers, c’est avec plaisir que je vous les dévoile dans cet article 😉 […]

  2. avatar
    août 26
    Reply

    Olivier aime beaucoup ! Moi je trouve que c’est super, mais tu es très courageuse !!

    • avatar
      août 27
      Reply

      Ahah 😀 ! C’est probablement pas du courage mais une moitié de naïveté stupide et une moitie d’entêtement parce que l’idée est bonne. Ma famille a carrément trouvé que j’étais folle et a même réussi à me faire revoir mon projet à la baisse. Mais bon, m’en fous, ça valait tous les efforts 🙂 !

Laisser un commentaire